Ne laisse jamais partir le train sans toi.

« Un jour, sans doute, on pourrait rattraper une comète, mais qui vient à laisser filer la vraie chance de sa vie, toutes les gloires de la terre ne sauraient l’en consoler. »
-Ce que jour doit à la nuit, Yasmina Khadra.

Je venais de prendre ma douche. Pendant tout le temps que l’eau coulait sur mon corps, le rafraîchissant, mon esprit, lui , était ailleurs. Ailleurs, perdu dans de vieux souvenirs. Ailleurs dans des souvenirs que j’aurais pu améliorer…

Une fois terminée, je m’entortillai dans la serviette et je me plaçai devant le miroir de la salle de bain. Un jour, quelqu’un, je ne sais plus qui, m’avait dit que je peux mentir tant que je peux, je peux vouloir cacher mes emotions avec la conviction des dieux mais mes yeux me trahiront toujours. Alors , je me suis regardée. J’ai plongé mon regard dans le mien. Un regard noyé de larmes et de regrets. Un regard si triste qu’il pourrait faire pleurer le plus dur des hommes. Je pleurais.

J’avais mal. La douleur était là dans ma gorge et dans ma poitrine. Je voulais hurler. Hurler de ce qui m’arrivait en meme temps que je maudissais ma sottise. Je pensais même s’il était trop tard, je pouvais essayer une dernière fois.

Je me suis habillée et je me suis rendue directement chez lui. J’ai frappé à la porte. Il était là, tout seul et tout surpris de me voir débarquer chez lui à l’improviste.

Je lui demandai comment il allait.

– Oh très bien, m’a t’il répondu, et toi?

– Ca va très bien aussi.

Mon mensonge favori….

Je lui annonçai que j’avais quelque chose à lui dire. Il me proposa de m’asseoir. Je refusai, préférant garder une certaine distance entre nous.

– Je t’aime …., ai je fini par articuler apres avoir recherché a remplir désespérément mes poumons d’air

Il m’a regardé, il s’est approché, il m’a tenu par les épaules et a plongé son regard brun dans les miens.

– Je sais.

– Ah oui…?

– Mais je l’aime. Tu es revenue trop tard. Quand nous avions pris la pause, tu aurais dû revenir pour m’empêcher de souffrir de ton absence. Des mois se sont écoulés Nova. Tu reviens là maintenant me disant que tu m’aimes mais moi j’ai trouvé la fille idéale et j’en suis tombé fou amoureux.

Je n’ai pas pu retenir mes larmes face à telle déclaration. J’avais laissé passer ma chance et il n’y aurait pas de machine à remonter le temps pour arranger ca. J’étais la cause de mon propre chagrin et ça, je ne me le pardonnerai peut-être un jour, dans un futur lointain.

Publicités

2 réflexions sur “Ne laisse jamais partir le train sans toi.

  1. Nedjie🙂 dit :

    On a toujours tendance à penser que le monde s’arrête de tourner juste parce qu’on a besoin d’une pause… et il est parfois dur de réaliser qu’il est impossible de tout reprendre exactement là où on l’avait laisser…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s